Chanoyu (Cérémonie du Thé)

Cha no yu

(littéralement : eau chaude pour le thé) cha no yu

« Le simple geste de servir du thé et de l’accepter avec reconnaissance constitue le fondement d’une manière de vivre, appelée Chado, la Voie du thé. Servir un bol de thé conformément aux règles de l’étiquette, c’est réaliser une large synthèse culturelle aux idéaux élevés impliquant divers éléments relevant de la religion, de la morale, de l’esthétique, de la philosophie, de la discipline et des relations sociales.

Celui qui étudie la cérémonie du thé apprend à disposer les objets, à comprendre le rythme et les poses, à apprécier l’élégance des gestes et à appliquer cet enseignement à la vie quotidienne. Tout cela apparaît dans le simple fait de servir et de recevoir un bol de thé, et n’est accompli que dans un seul but : atteindre la sérénité de l’âme , en communion avec ses semblables à l’intérieur de notre monde. C’est en cela que la Voie du thé a une signification de nos jours.

Avec un bol de thé, la paix peut vraiment régner. En prenant un bol de thé, un sentiment de paisible plénitude peut être partagé et poser les fondements d’une manière de vivre . »

 

Soshitsu Sen ( Grand Maître de thé )

 

Le développement d’une philosophie de la simplicité

C’est un prêtre zen, Murata Shuko (1422-1502), attaché à la cour du Shogun, qui instaure dans la cérémonie du thé le raffinement, la rigueur et la modestie propres à sa philosophie. Délaissant la salle d’apparat , il se construit un petit pavillon dans le fond d’un jardin où il prépare et sert lui-même le thé vert en poudre, le matcha, en utilisant des ustensiles rustiques. La décoration du pavillon est réduite à un vase de fleurs ( chabana) et un rouleau suspendu ( kakemono ) présentant un épigramme zen ou un dessin.

Plus tard, Sen Rikyu ( 1522-1591) définit le code du Chado par deux types de cérémonie : la traditionnelle, le « thé des seigneurs », et la nouvelle, le Wabi, la « satisfaction dans la pauvreté ».Ses trois petits-fils fondent les trois grandes écoles qui existent aujourd’hui : Urasenke, Omotesenke et Mushanokojisenke. En 1868, avec la fin du règne féodal des shoguns, au profit de celui de l’empereur, on abandonne la cérémonie du thé d’apparat, trop associée à l’ancien régime. De nos jours, lorsqu’on pense à la cérémonie du thé, c’est à l’austérité et la simplicité du Wabi qu’on l’associe.

Déroulement d’une cérémonie

Elle est à la fois extrêmement codée et très simple. Il existe certaines variantes, selon les écoles, mais elles sont subtiles, le détail varie également selon les circonstances et la saison, mais les éléments essentiels des divers rituels se ressemblent fondamentalement. Suivant le type de cérémonie, le rituel durera de 20 minutes à 4 heures. Elle a lieu dans un pavillon ou une pièce de thé, les invités étant au nombre maximum de cinq.

La cérémonie comprend normalement :
– une première partie au cours de laquelle on sert une collation légère ( kaiseki)
– une courte pause ( nakadachi )
– la partie principale de la cérémonie ( goza iri ) au cours de laquelle on sert le koicha ( ou thé épais )
– le service de l’usucha ( ou thé fin )

Le tout prend quatre heures mais souvent on se contente de l’usucha qui prend à peu près une heure.
On pratique aussi le ryakubon ( bondemae), c’est la plus simple des manières de préparer le thé. « Ryaku » signifie abréviation et « bon » signifie plateau . Il s’agit d’une façon de préparer le thé avec un minimum de matériel. Cette idée est venue probablement à Sen Rikyu pour préparer le thé lors de ses voyages. C’est par le « ryakubon » que les débutants commencent leur apprentissage du cha no yu.

Petit lexique des principaux ustensiles utilisés dans Ryakubon

Chawan : le bol, qui est lors de la cérémonie du thé un des centres d’intérêt principaux .Il a une face avant et une face arrière, la bouche des invités ne devant pas toucher la face avant, c’est pour cela qu’il est tourné d’un demi tour avant et après avoir bu. La fabrication des objets utilisés lors du cha no yu et des bols en particulier a donné de l’essor à certains arts au Japon. Dans le cas des bols, il s’agit de l’art de la céramique ( Raku notamment). La compréhension de la cérémonie du thé est primordiale pour assimiler l’esprit de la civilisation japonaise.

Fukusa : pièce d’étoffe carrée qui est pliée devant les invités par le maître de thé et qui sert à purifier ( essuyer ) les instruments de thé.

Natsumé : pot à matcha

Chasen : petit fouet en bambou taillé

Chashaku :sorte de cuiller à bout recourbé servant à mettre le matcha dans le bol.

Chakin : tissu blanc servant à essuyer le bol

Tetsubin :bouilloire avec l’eau chaude

Bon : plateau

Kensui : récipient à eau usée

(Dossier rédigé par Musashi)

 

Arts Martiaux

Ryu no Torii

Pratique de l'Iaido:
art du sabre japonais
ryu no torii iaido
Pratique du Jodo:
La voie du Bâton
ryu no torii jodo


Club Karate
Shorin Ryu Metz

shorin ryu karate