A propos de NOH GAKU 2 B à retenir….

Noh Gaku 2 B :théâtre et concert déclinés en toute beauté
Un divertissement raffiné qui allie avec émotion esthétique, spiritualité et musicalité.

Pour l’ouverture de la saison théâtrale 2007 – 2008, la performance « Noh .Gaku 2 B »
co-produite par l’Association Metz Lorraine Japon et la Salle Braun transporta littéralement l’assistance au pays du Soleil Levant sur les planches du « butai » ( théâtre en bois dédié en particulier à la représentation de théâtre No).
L’accueil de la troupe japonaise et l’organisation du spectacle préparé de longue date par les membres de l’association est le fruit d’une collaboration fructueuse. La manifestation a été réalisée grâce au soutien de la Fondation franco japonaise Sasakawa et des partenariats établis par l’AMLJ avec la salle Braun, le Crédit Mutuel et avec le soutien du Conseil Général de la Moselle, du Consulat Général du Japon à Strasbourg, de Ville de Metz et Crédit Mutuel Metz St Julien.
A l’invitation de l’Association Metz Lorraine Japon, la troupe japonaise RakuGaku, résidant à Kyoto au Japon, s’est produite avec succès devant un public d’initiés venus faire salle comble, lors de l’unique représentation, inscrite à la tournée européenne.
Le metteur en scène Ken Maeda a fait ses études auprès de Jiro Nakano et dirige RakuGaku, réunissant de talentueux professionnels japonais pour la production de « Noh.Gaku 2 B ».
Des applaudissements nourris ont salué une mise en scène originale dans une prestation dramatique où dialoguent la danse (mai), la musique( oto) et le langage ( uta).
La journée de No
L’élément dramatique est porté avec élégance par Kohzaburo Hashimoto, en titre de trésor spirituel de la culture japonaise qui incarne le rôle principal ou « shite », habillé du masque de No « Onna no ko ».Lui répond, Koji Hashimoto, le second rôle ou « tsure » masqué en « Otoko ». Le dialogue est omniprésent entre « mai » des évolutions chorégraphiques émouvantes d’une rare beauté qui répondent aux wakas ( poèmes anciens japonais) scandés par Michiaki Asai le « jiutai », récitant de l’école Kanze, dont les incantations sonores participent à l’extrême tension de la pièce.« Noh.Gaku 2 B » dessine l’espace et le temps dans une harmonie fusionnelle entre rêve et réalité.
La flûte japonaise « Fue », aux sonorités stridentes convoque le spectateur au cœur de la pièce de Noh. Le grand tambour japonais « Ohtsuzumi » aux mains d’Hisato Ibayashi et le petit tambour « Kotsuzumi » tenu par Tatsushi Narita, trésor spirituel , impulsent le rythme et participent à l’intensité de l’élément sonore.
En première partie, Ken Maeda a présenté l’historique du No et les codes spécifiques à cet art de la scène dont les règles furent fixées par Kan Ami et Ze Ami au XIVsiécle, accentuant raffinement, élégance et esthétique .Le metteur en scène japonais a introduit le spectacle par une démonstration didactique de l’habillement d’un actant de No. Les spectateurs purent apprécier la difficulté de l’habillement qui annonce la nécessité d’une grande maîtrise du « shite » pour évoluer sur scène. Drapé d’un somptueux kimono de soie brodé de fils d’or garni des cordelettes « kumihimos » pour dessiner une silhouette qui efface les contours du corps, l’acteur adopte une posture délicate, le buste incliné et une démarche d’un pas glissé mesuré. Les mouvements lents et gracieux sont le fruit d’un apprentissage long démarré dès l’enfance dans la tradition familiale et transmis de père en fils.
Dialogue des cultures d’Orient et d’Occident
« Noh Gaku 2 B » scelle un dialogue entre cultures d’Occident et d’Orient ; dira Ken Maeda qui a confié à Marco Socias, guitariste espagnol de renommée internationale les interprétations de Bach et Britten. Marco Socias joua avec maestria des morceaux extraits de Chaconne BWV 1004 et Nocturnal Op.70 d’après Downland . Le public savoura son jeu musical prodigieux, intermèdes en solo ou accompagnement des danses (mai) pour exprimer avec une émotion retenue ce qui n’est ni voilé ni dévoilé.
Les comédiens japonais et le guitariste recueillirent les applaudissements des spectateurs avant de rejoindre la réception dressée à leur intention.
Bravo et « Arigato » à Ken Maeda et Raku Gaku pour cette performance absolument exceptionnelle.
Article rédigé par Annie Hommel /Contact :
Association Metz Lorraine Japon-10 Impasse Charlotte Jousse 57070 Metz – 03/87/76/90/52

Laissez un commentaire

Arts Martiaux

Ryu no Torii

Pratique de l'Iaido:
art du sabre japonais
ryu no torii iaido
Pratique du Jodo:
La voie du Bâton
ryu no torii jodo


Club Karate
Shorin Ryu Metz

shorin ryu karate